Histoire du Diefenbunker

Le Diefenbunker a été commandé par le premier ministre John Diefenbaker en 1959, dans le cadre de la réaction de son gouvernement à l’escalade des tensions dans la Guerre froide. La raison d’être du bunker était de loger les membres clés du gouvernement et des forces militaires en cas d’attaque nucléaire contre le Canada. La sécurité de son toit nucléaire permettrait au gouvernement canadien d’opérer sous terre en toute  sécurité pendant 30 jours afin de contribuer à la gouvernance et à la  reconstruction du pays. Une série de bunkers agissant comme Siège du gouvernement d’urgence ont été construits partout au Canada et, comme il était le plus grand, le bunker du gouvernement fédéral allait éventuellement être reconnu comme le Siège central du gouvernement d’urgence (CEGHQ Carp).

Lorsque la construction a commencé en 1959, c’était une opération secrète sous le nom de code Project Emergency Army Signals Establishment – EASE (Centre expérimental des transmissions de l’armée). L’ancienne ferme Montgomery à Carp a été choisie comme emplacement idéal pour un bunker situé 22 mètres (75 pieds) sous terre. L’endroit était à l’intérieur de la limite d’évacuation du centre-ville d’Ottawa, dans une vallée naturelle, et possédait les conditions géologiques idéales pour la protection.

ConstructionLe bunker a été conçu et fabriqué par la Foundation Company of Canada, et le projet a été mené par le Lcol Ed Churchill. L’ensemble du processus de construction a nécessité   moins de 18 mois et a été la première utilisation de la méthodologie du chemin critique au Canada. Le bunker totalise 10 000 mètres (100 000 pieds) carrés sur quatre niveaux. Il contient 24 466 mètres (32 000 verges) cubes de béton coulé à la main et 5 000 tonnes d’acier. C’est une extraordinaire merveille d’ingénierie et il a été construit pour résister à une explosion nucléaire de cinq mégatonnes à 1,8 kilomètre.

Le site a été achevé et a commencé ses activités en 1962 et est demeuré en opération  continue jusqu’à ce qu’il a soit mis hors service en 1994. Au cours de ces 32 ans, il abritait aussi la Station des Forces canadiennes (SFC) Carp, avec un effectif de 100 à 150 personnes et des horaires de travail étalés sur 24 heures. Ce fût l’emplacement de certaines des communications classifiées  « Très secrètes » du Canada tout au long de la Guerre froide. En tout temps, pendant qu’il était en fonctionnement, les armoires et les garde-manger du bunker contenaient suffisamment de nourriture fraîche et de vivres en ration pour nourrir 535 personnes pendant 30 jours et le bâtiment était prêt à entrer en confinement à tout moment.

Le Diefenbunker a reçu un statut de lieu historique national en 1994, et la SFC Carp a été fermée la même année. L’édifice est demeuré vide jusqu’à la création du Musée en 1998.