Expositions

À VENIR! L’époque de l’anxiété atomique – Une exposition par l’artiste en résidence du Diefenbunker, Anna Frlan
Du 18 septembre 2016 au 31 janvier 2017.
Après des mois de recherche sur un large éventail de sujets concernant la Guerre froide dans les collections, les plans, les archives, les photographies et la bibliothèque du Musée, Anna Frlan a créé une série de sculptures qui explorent le climat psychologique de cette époque. Occupant plusieurs espaces dans l’installation souterraine de quatre étages, les œuvres très élaborées de Frlan offrent une perspective originale d’un des moments les plus critiques de l’histoire du monde.

La Guerre froide : causes – histoire – conséquences
Du 14 juin au 28 août 2016.
Le Diefenbunker est fier de s’associer une fois de plus à l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne au Canada pour la première présentation de cette exposition en dehors de Berlin.  Produite par le Berlin Centre for Cold War Studies et la Federal Foundation for the Reappraisal of the SED Dictatorship, l’exposition examine les causes idéologiques, politiques, militaires et économiques de la Guerre froide, dans une perspective globale.

CANEX – Commodité et communauté
Du 23 avril 2016 au 31 décembre 2018.
Le magasin CANEX à la Station des Forces canadiennes Carp a contribué au moral des employés en concourant à la réalisation d’un semblant de normalité pour les personnes en poste à cette station militaire souterraine. Des cigarettes aux bonbons, des magazines aux articles de toilette, CANEX donne accès à des produits courants et des commodités qui offrent un peu de confort au personnel de la station. Remontez dans le temps dans cet espace qui recrée la cantine de 1977.

Triés sur le volet!
Du 23 avril au 3 octobre 2016.
Des objets vedettes de la collection du Diefenbunker sélectionnés par le personnel du Musée, les bénévoles et les membres du conseil d’administration. Chaque objet a sa place dans l’histoire de la Station des Forces canadiennes Carp ou une autre installation de défense civile semblable. Découvrez ce que les membres de l’équipe du Musée ont choisi et pourquoi!

La cuisine d’une famille nucléaire
Du 4 octobre 2015 au 3 septembre 2017.
Remontez dans le temps, dans la cuisine confortable et dotée de toutes les commodités modernes de la famille Green. Cette exposition offre un aperçu la vie au début des années 1960 par un regard sur le cœur de la maison d’une famille nucléaire – la cuisine.La cuisine d’une famille nucléaire présente des artéfacts du Diefenbunker, les musées de la Ville d’Ottawa et du Musée des sciences et de la technologie du Canada.

 


Expositions passées

Les rouages du Diefenbunker et leurs histoires - l'Assemblée législative de l'Ontario

Les rouages du Diefenbunker et leurs histoires
Printemps / été 2016 - Programme des expositions communautaires de l’Assemblée législative de l’Ontario
Un condensé de notre exposition de 2015, Les rouages du Diefenbunker et leurs histoires se rend à l’Assemblée législative de l’Ontario dans le cadre de son Programme des expositions communautaires! L’exposition Les rouages du Diefenbunker et leurs histoires met en vedette des objets rarement exposés de la collection du Musée. Ces objets sont les rouages qui forment l’histoire du Diefenbunker. Chaque objet a une histoire importante à raconter, et ensemble, ils reconstituent l’histoire de cet édifice. Que raconteraient ces objets s’ils pouvaient parler?

Groupe 6 – Le programme d’arts des Forces canadiennes 2012-2013

Groupe 6 – Le programme d’arts des Forces canadiennes 2012-2013
Du 8 novembre 2015 au 31 janvier 2016.

Le Diefenbunker : Musée canadien de la Guerre froide a le plaisir de vous présenter « Groupe 6 – Le programme d’arts des Forces canadiennes 2012-2013 ». Organisée en collaboration avec le ministère de la Défense nationale, l’exposition présente une sélection d’œuvres des artistes du Programme d’arts des Forces canadiennes (PAFC). S’exprimant dans une variété de médias, les artistes du « Groupe 6 » apportent une perspective unique à l’histoire, aux contributions et aux interactions des hommes et des femmes des Forces canadiennes en 2012 et 2013. L’art documente le travail des Forces canadiennes au Canada et à l’étranger et fournit une perspective distincte de points de vue créatifs et indépendants.

Les artistes du « Groupe 6 »:
Joseph Amato et Alicia Payne
Sophie Dupuis
Leslie Hossack
Mary Kavanagh
Thomas Kneubühler
Sharon E. McKay
Leslie Reid
Rhonda Weppler et Trevor Mahovsky

Conservatrice : Laura Brandon

Le Diefenbunker tient à remercier le ministère de la Défense nationale et La Revue Légion pour leur soutien à la production de cette exposition et au catalogue qui l’accompagne.

Géométries et sonorités de survie

Géométries et sonorités de survie
Jesse Stewart, artiste en résidence : de janvier à avril 2015.
Exposition : du 9 juillet au 31 décembre 2015. 

« Lignes verticales peintes sur les piliers de béton circulaires en saillie dans les couloirs… rayures rouges peintes sur les portes…cercles concentriques dessinés sur des cartes pour indiquer le taux de survie prévu alors que nous nous éloignions de l’épicentre d’une explosion nucléaire ». Jesse Stewart, artiste en résidence 2015 au Diefenbunker a été frappé par « l’accent visuel de motifs géométriques modernistes » présent partout dans l’édifice. Ces « géométries » sont explorées dans l’exposition de résidence de Stewart, à travers la photographie, la sculpture et la présentation d’artéfacts de la collection du Musée. L’exposition intègre également le son par l’intermédiaire d’enregistrements de performances et d’installations sonores réalisées pendant la résidence de dix mois de Stewart.

Les rouages du Diefenbunker et leurs histoires

Les rouages du Diefenbunker et leurs histoires
Du 10 juin au 31 décembre 2015.

L’exposition Les rouages du Diefenbunker et leurs histoires met en vedette des objets rarement exposés de la collection du Musée. Ces objets sont les rouages qui forment l’histoire du Diefenbunker. Chaque objet a une histoire importante à raconter, et ensemble, ils reconstituent l’histoire de cet édifice. Que raconteraient ces objets s’ils pouvaient parler?

Afghanistan, Unordinary Lives

Afghanistan, Unordinary Lives
Du 23 avril au 28 juin, 2015.

Le Diefenbunker est fier de présenter en partenariat avec l’ambassade de Slovénie Afghanistan, Unordinary Lives, une exposition de la photographe slovène Manca Juvan.

Les photographies de l’exposition illustrent la société civile en Afghanistan où Juvan a passé plusieurs mois à effectuer de la recherche sur le terrain auprès de villageois afghans. « Les histoires d’Afghans ordinaires méritent d’être à la fois racontées et vues pour nous rappeler à quoi ressemblent les vraies images de la guerre et de la pauvreté – des vies loin d’être ordinaires », déclare Manca Juvan.

Installation clé du programme de défense civile du Canada tout au long de la Guerre froide et maintenant musée et site historique national, le Diefenbunker s’efforce d’interagir avec ses visiteurs sur des questions découlant de conflits.

Manca Juvan est une photographe indépendante qui détient un baccalauréat en photographie et possède plus de dix ans d’expérience au niveau international. Le projet à long terme de Juvan, « Unordinary Lives », documente les conséquences de la guerre en Afghanistan à travers les histoires d’Afghans ordinaires. Le projet a fait l’objet d’un livre publié en 2010, suivi d’une édition en anglais en 2012. Manca Juvan a été choisie « photographe de l’année » en Slovénie en 2006, 2007 et 2008. Son travail a été exposé à la Moderna galerija, le musée d’art moderne de Slovénie, de même que lors de festivals et dans plusieurs lieux d’exposition au Luxembourg, à New York, Washington, Bruxelles, Paris et ailleurs. Ses photographies ont été publiées, entre autres, dans The Times, le National Geographic et The Guardian. Elle est membre du collectif international de photographie Sputnik Photos et est devenue fellow de la Magnum Foundation of Human Rights en 2011. Pour en savoir plus sur Manca Juvan et son œuvre, visitez www.mancajuvan.com.

ensemble, une exposition sur le développement mondial

ensemble, une exposition sur le développement mondial
Les 1er et 2 mai 2015.

Ensemble : une exposition sur le développement mondial est une expérience novatrice, interactive et multi sensorielle conçue pour susciter des conversations sur le rôle que peuvent jouer les Canadiens et les Canadiennes pour réduire la pauvreté dans le monde. Cette exposition itinérante unique est présentée dans un véhicule personnalisé doublement extensible qui mesure 53 pieds. Dans son espace d’exposition de 1 000 pieds carrés, Ensemble transporte les visiteurs dans un voyage autour du monde. L’exposition présente : Des photographies, des films et des capsules audio puissantes qui donnent vie aux histoires individuelles derrière le changement mondial. Des composantes interactives et des objets uniques qui permettent aux visiteurs d’explorer des solutions novatrices aux défis mondiaux, et de découvrir comment ils peuvent utiliser leurs propres compétences et intérêts pour agir. Des occasions pour les visiteurs de partager leurs idées et leurs expériences avec d’autres ainsi que sur leurs réseaux sociaux. Exposition bilingue, Ensemble réunit les communautés d’un bout à l’autre du Canada dans une conversation sur le changement mondial. En 2015, l’exposition se rendra en Ontario, au Québec et dans le Canada atlantique. En 2016, elle voyagera dans le nord de l’Ontario, puis au centre et dans l’ouest du Canada.

Présenté par :

aga khan banner for e-vite

25 | Berlin

25 | Berlin
Du 6 novembre 2014 au 31 mars 2015.

Le 9 novembre 1989, le mur entre Berlin-Est et Berlin-Ouest est tombé, réunissant une ville et un pays et marquant la fin de la Guerre froide, des dizaines d’années après son début. Le mur de Berlin était devenu un symbole de division, une frontière entre des idéologies contradictoires et un obstacle au règlement pacifique de plus de 30 ans de tensions. Vingt-cinq ans plus tard, nous célébrons ce moment en commémorant les centaines de milliers d’actes de courage civils qui ont mené à la fin de la Guerre froide. Les leçons de cette période sont celles de la diplomatie, du courage et de la résolution de conflits.

Le Diefenbunker : Musée canadien de la Guerre froide est fier de s’associer avec l’ambassade d’Allemagne pour présenter trois expositions en hommage à ce moment important de l’histoire.

La dictature et la démocratie à l’âge des extrêmes – Regards sur l’histoire de l’Europe au vingtièmesiècle
Révélant un total de 190 photographies, coupures de journaux et caricatures politiques rares provenant de différentes collections d’archives européennes, cette exposition raconte le récit dramatique de l’Europe du vingtième siècle – un passé tiraillé entre la tyrannie et la liberté, la démocratie et la dictature. Une exposition produite par The Institute for Contemporary History de Munich, Deutschlandradio Kultur et la Federal Foundation for the Reappraisal of the SED Dictatorship (une fondation dédiée à la réévaluation de la dictature du Parti socialiste unifié d’Allemagne).

Graffitis improvisés Canada-Allemagne : retrouvailles au Bunker
PROLONGÉE JUSQU’AU 3 MAI, 2015
Le 15 février 2014, l’ambassade d’Allemagne au Canada et les organisateurs de House of PainT, le plus grand festival des arts urbains annuel d’Ottawa, ont invité le public à une activité d’avant-garde transatlantique de graffitis improvisés. Le public a eu la chance de voir des artistes canadiens et allemands s’adonnant avec ferveur à la création de peintures murales commémorant le 25e anniversaire de la chute du mur de Berlin, tout en appréciant des rythmes allemands. Dans le cadre de 25 | Berlin, le Diefenbunker présente les peintures murales produites lors de Graffitis improvisés à la cafétéria, au Musée.

The Wall, Niederkirchner Strasse par Leslie Hossack
PROLONGÉE JUSQU’AU 3 MAI, 2015

Leslie Hossack, photographe d’Ottawa, présente un montage photo illustrant une partie du mur de Berlin; une œuvre destinée à simuler une promenade le long du mur, de nos jours.

Briser les barrières

Briser les barrières
Du 20 septembre 2014 au 31 janvier 2015.

En partenariat avec One World Dialogue, le Diefenbunker présente une exposition en célébration de la Journée internationale de la paix.

Le mur de Berlin a divisé un pays, une ville et le monde entier. Cette division physique entre la communiste Berlin-Est et la capitaliste Berlin-Ouest est l’un des symboles les plus puissants de la Guerre froide et a trouvé écho dans le monde entier depuis 25 ans.

Cette exposition explore les expressions et les leçons du démantèlement de barrières et le symbolisme du mur de Berlin dans ses efforts pour la paix à travers des interprétations d’art visuel.

Artistes participants :
Sarah Barbary
Carol Howard Donati
Jaime Koebel (conservatrice d’une collection d’œuvres par Howard Adler, Heather Campbell, Rebekah Elkerton, Peter Purdy, et Tim Yearington)
Randolph McMillan
Marie-Paule Thorn
Sandy Woods

Aussi des œuvres d’art de :
H’Art d’Ottawa
Odawa Native Friendship Centre
Les élèves de 4e année de Manotick Public School
Les élèves de la 2e à la 8e année de l’école CHEO
Les jeunes du camp du Y de la famille Taggart
Minwaashin Lodge

Avertir les autres Canadiens

Avertir les autres Canadiens
Gail Bourgeois, artiste en résidence : de novembre 2013 à avril 2014.
Exposition : du 26 avril au 28 septembre 2014.

Gail Bourgeois, la toute première artiste en résidence du Diefenbunker présente une série d’oeuvres de techniques mixtes, inspirées du site à travers le Musée.

« Avertir les autres Canadiens est une recherche et un projet d’exposition visant à présenter des œuvres d’art dans les expositions du Musée. Le titre est emprunté à une phrase de Doug Beaton, gestionnaire des collections et guide au Musée selon laquelle le Bunker avait pour fonction d’avertir les autres Canadiens. Cela réfère au rôle du Bunker qui était de loger des éléments du gouvernement fédéral dans le cas d’une attaque nucléaire. Les signaux sont un élément humain.

On attribue souvent à la Guerre froide, cet état durable de tensions politiques et militaires globales entre les pays du bloc de l’Est et du bloc de l’Ouest,  des dates de début et de fin qui maîtrisent gentiment une menace nucléaire qui existe toujours.  Créée par George Orwell après le largage de la première bombe atomique en 1945, l’expression « guerre froide » décrit l’expérience de la destruction nucléaire tenue en équilibre précaire par l’absence de combat militaire direct. Le climat de peur et de suspicion de l’après-guerre a refait surface sous la forme d’un ennemi invisible mais vivement ressenti. Ma réflexion sur ce sujet prend la forme d’œuvres d’art destinées à créer un espace de réflexion; un autre regard sur ce qui est familier.

Bâtir la paix

Bâtir la paix
Du 14 septembre 2013 au 31 janvier 2014.

Le Diefenbunker et One World Dialogue (OWD) présentent l’exposition : Bâtir la paix.

Comment bâtir et créer une « culture de la paix », alors que nous amorçons l’avenir? L’art est un outil puissant pour exprimer le désir de paix des humains. Cette exposition explore différentes perspectives du développement de la paix avec un regard sur le passé et le présent et un coup d’oeil sur l’avenir.

Artistes participants : Sarah Barbary, Michel Luc Bellemare, Margo Blackwell, Gail Bourgeois, Margaret Chwialkowska, Carol Donati, Jaqueline Duck, Kelley Gu, Analisa Kiskis, Jamie Koebel, Olaf Krassnitzky, Monique Martin, Chris Maveety, Jill McCubbin, Sau Lan Mo, K. C. Geoffrey Ng, Elbagir Osman, Hengameh Kamal Rad, Marika Smart, Chelsea Smith, Michelle Smith, Jessica Whitney, Sandy Woods, Nancy Young Mill et les enfants du Camp pour jeunes espions 2013 et de la Manotick Public School.


Un moment dans l’histoire du Diefenbunker par Guy Lafontaine.

Un moment dans l’histoire du Diefenbunker par Guy Lafontaine.
Du 28 septembre au 31 décembre 2013.

Dans le cadre des Journées de la culture 2013, le photographe Guy Lafontaine a présenté ses photographies uniques et puissantes du Diefenbunker au moment de sa mise hors service dans les années 1990, se concentrant sur l’environnement industriel de cet espace étrange.

Guy affirme que ces photographies se sont avérées très importantes pour la poursuite de son évolution au sein du médium photographique. Son travail en milieu industriel lui permet de comprendre l’intérieur de ce monde fascinant.


Les voix de notre passé

Les voix de notre passé
Du 11 avril au 11 juin 2013.

Le Musée Diefenbunker a inauguré l’exposition virtuelle Les voix de notre passé, dans le cadre de Top Secret: The Lives of Employees at CFS Carp, (link to page under DISCOVER), l’exposition du Musée virtuel du Canada (disponible en anglais seulement). Cette exposition présentait des témoignages recueillis auprès d’anciens employés de la Station des forces canadiennes Carp qui ont travaillé au Diefenbunker au cours de ses 33 années d’exploitation. Cette exposition interactive comprenait des entrevues et des histoires sur la vie quotidienne au Diefenbunker et l’atmosphère de l’époque de la Guerre froide, de même que des artéfacts spéciaux numérisés, des photographies des personnes interviewées, des photographies historiques du Bunker et d’objets de notre collection, qui ont véritablement contribué à compléter l’histoire du Diefenbunker.

Pour la première fois, il existe une génération de Canadiens qui n’étaient pas nés pendant la Guerre froide. Cette exposition a permis à cette nouvelle génération d’entendre les employés de la SFC Carp raconter ce qu’étaient la vie pendant la Guerre froide et les opérations d’un bunker nucléaire souterrain.


La Guerre froide en caricatures

La Guerre froide en caricatures
Du 23 mai au 30 août 2013.

Un voyage à travers plus de 40 ans d’histoire politique avec La Guerre froide en caricatures au Musée Diefenbunker!

La Guerre froide en caricatures a rassemblé des caricatures fascinantes et divertissantes dans une exposition unique qui documentait les principaux moments de l’histoire de la Guerre froide.

La période de la Guerre froide (1947-1989) a été une source d’inspiration sans fin pour les caricaturistes. La course aux armements nucléaires, la quête pour la conquête de l’espace, les conflits armés, et plus encore étaient capturés dans ces caricatures politiques publiées dans tous les journaux canadiens durant cette période.

Les caricatures exposées dans La Guerre froide en caricatures ont offert un témoignage révélateur d’une période turbulente et imprévisible de l’histoire mondiale. Puisant dans les archives du Diefenbunker, la vaste collection du Musée McCord et divers autres dépôts d’archives, l’exposition offrait une vision critique et comique de la Guerre froide, à la fois puissante, provocatrice et ludique.

Photographies de l’exposition


Fallout

FALLOUT : PHOTOGRAPHIES PAR LESLIE HOSSACK
Du 21 septembre au 31 décembre 2012.

FALLOUT – PHOTOGRAPHIES PAR LESLIE HOSSACK mettait en vedette des œuvres de la série Diefenbunker créée par l’artiste en 2010. « Quand j’ai visité pour la première fois le Musée canadien de la Guerre froide en 2010, j’ai ressenti une sorte de connexion viscérale. Je me sentais étrangement chez moi au Diefenbunker. J’aime les objets des années 1950, avant l’ère du plastique. Et je suis fortement attirée par les lieux témoins des grands évènements du 20e siècle : les édifices staliniens à Moscou, l’architecture nazie à Berlin, les lieux sacrés à Jérusalem.»

Née en 1947 (l’année où l’expression « guerre froide » a été inventée), Hossack se rappelle vivement des conversations de ses parents à propos du lancement de Spoutnik par les Russes en 1957 et de la crise des missiles cubains en 1962; des souvenirs d’anxiété et de peur.

« Durant toute ma vie j’ai été troublée par la dualité de l’inclusion et de l’exclusion; ce thème imprègne l’exposition FALLOUT. Le Diefenbunker a été conçu pour abriter 535 dirigeants choisis du gouvernement en cas d’attaque nucléaire; aucun d’entre eux n’avait la permission d’y amener des membres de sa famille. Ce fait poignant me hantait alors que je créais ces images.»

Photographies de l’exposition